SOPHIE RINIERI

Les pierres me fascinent depuis l’enfance, j’avais ce rêve de dessiner des bijoux, et puis j’ai trouvé comment cela pouvait avoir du sens pour moi: celui de célébrer les talents, de voir le meilleur de chacune.

Des bijoux pour garder en tête les qualités que nous avons développées au cours de notre vie, dans les périodes fastes comme moins fastes, des bijoux porteurs de messages et d’intentions,

 

                            qui pourraient se résumer par le verbe AIMER.

 

Aimer les femmes que nous sommes ou pour notre entourage ce serait aimer la ou les femmes qui partagent nos vies, qui sont à nos côtés et nous soutiennent, quelle qu’en soit la manière.

 

L’Humanité est riche et chacun y trouve sa place. Mon grand-père m’a appris à construire des murets en pierres sèches, en les tournant, elles finissaient par s'ajuster d'une manière stable, comme par enchantement, c’est pareil pour nous.

A Hong-Kong, j’ai découvert les pierres sous un nouveau jour, j’ai appris qu’elles peuvent nous aider et que l’intention donnée infuse en elles.

Tout comme le symbole du yin et du yang, la spiritualité contient une part de matérialité et vice versa. J’ai ainsi décidé de partager ce savoir, de vivre avec amour et évidement de le lier à de la joaillerie.

Mes créations sont dédiées aux femmes, pour les soutenir dans leur vie quotidienne, afin qu’elles soient conscientes de leur propres ressources et

libres de célébrer leurs multiples talents.​

Par dessus tout, j’ai acquis la certitude que tout est bien, quelque soient les évènements de nos vies, ils viennent renforcer notre expérience et nous avec.

Parce que j’aime les chiffres et que je trouve cela amusant, voici les différents âges, dans ma tête, mon corps et mon coeur, j’ai:

- 8 ans quand je dessine, colorie ou que joue à des jeux de société

- 18 ans quand je sors danser 

- 25 ans et c’est mon préféré, lorsque que tout est possible 

- 44 ans l’âge de ce temple qu’est mon corps

- 60 ans lors des épreuves, l’âge de la sagesse qui me permet d’accepter et de rebondir, même si cela prend parfois du temps et c’est aussi celui de certains de mes amis

- 100 ans celui de mon espérance, la vie est belle et je m’applique à étirer le temps 

- 242 ans quand l’assistante de mon dentiste écrit comme date de naissance 1780, car elle reconnait une vieille âme.